Accueil/Articles/Intimité féminine/Ménopause/Infections urinaires et ménopause : Nos solutions sans médicaments ni hormones !

Infections urinaires et ménopause : Nos solutions sans médicaments ni hormones !

Pourtant naturelle, la ménopause possède une connotation très négative. Et chaque femme la vit de manière différente. Entre petit tracas, et véritables malaises, les problèmes urinaires peuvent être aujourd’hui efficacement résolus.

Le cranberry est une solution idéale pour lutter contre les infections urinaires

Avant la ménopause : la péri-ménopause

La fin du cycle de reproduction féminin se scinde en 2 parties. Il y a d’abord la péri-ménopause qui dure en moyenne entre 2 et 5 ans, et débute en général vers 45 ans. Elle est marquée par une ovulation fluctuante due à des variations hormonales qui peuvent engendrer des désagréments. Cependant, les menstruations sont encore présentes, mais elles sont irrégulières. Les cycles s’allongent : c’est ce qu’on appelle la spanioménorrhée.
Lors de cette phase apparaissent des faiblesses qui peuvent se poursuivre une fois la femme ménopausée. Ces dernières sont largement connues : bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, changements d’humeur, baisse de désir, perturbation du sommeil, sécheresse vaginale, de la peau et des cheveux, prise de poids, fuite urinaire, incontinence, cystite… Rassurez-vous, ces bouleversements ne sont ni systématiques, ni même obligatoirement combinés !

La ménopause – Diagnostic et symptôme

La ménopause est diagnostiquée après une interruption des règles de 12 mois. C’est à ce moment-là que les ovaires cessent totalement de produire ovules, œstrogènes et progestérones (principales hormones sexuelles).

Cependant avec la mise à l’arrêt des glandes génitales, les problèmes urinaires peuvent se multiplier.

Avec la sécheresse intime, la plus importante protection antibactérienne du vagin disparaît. De même que la décontraction de l’urètre peut provoquer des fuites de pipi notamment lors d’efforts.

La cystite, (ou infection urinaire) peut alors devenir récurrente. Celle-ci se caractérise par une envie fréquente et répétitive d’aller aux toilettes, par des douleurs dans le bas ventre pendant l’expulsion de la miction, par des urines chargées et/ou malodorantes.

Mais l’heure n’est pas à la fatalité : de nombreuses solutions s’offrent à vous pour vivre paisiblement cette période de pleine maturité.

Comment limiter les effets indésirables ?

Contrairement à ce que l’on peut penser, l’hormonothérapie (traitement hormonal de substitution ) n’est ni obligatoire ni indispensable ! Il peut de façon très simple être retardé ou évité.

Votre hygiène de vie est le premier facteur sur lequel vous pouvez intervenir. Comment ? En favorisant les graisses et les protéines végétales, les aliments riches en vitamine, en phytoestrogènes (tofu, soja ou encore graines de sésame) et en oligoéléments (retrouvez une liste complète aliments classés par oligoéléments et vitamines) .

Tout cela allié à une activité sportive régulière (même très légère) améliore votre tonus général, et votre moral. Hydratez-vous bien pour favoriser l’élimination bactérienne et toxiques. Enfin les exercices du périnée sont indispensables.

La canneberge (Cranberry) est votre alliée !

La canneberge ou cranberry est une petite baie de couleur rouge, qui provient principalement du continent nord-américain. L’airelle agit significativement contre la cystite et infection urinaire d’origine bactérienne.

D’un point de vue scientifique : son tannin (la proanthocyanidine de type A ou PAC) empêche la fixation de l’Escherichia Coli sur les muqueuses de la vessie. Sachez que même si cette dernière est présente habituellement dans les intestins elle n’en demeure pas moins la principale responsable des affections urinaires microbiennes lorsqu’elle migre et se stabilise sur les parois vésicales.

Ergycranberryl : des effets positifs sur l’ensemble des symptômes de la ménopause

Ergycranberryl, complément alimentaire naturel à base de Cranberry, fonctionne aussi bien en prévention, que lors des premières manifestations des troubles de mictions, ou encore si la cystite est récidivante. Mais en cas d’infections répétitives (4 fois par an, ou plus), il sera impératif de mettre en place un traitement de fond.

Les fleurs d’hibiscus et les sommités fleuries de solidago entrent également dans sa composition. Elles apportent leurs fonctions diurétique et drainante. La bruyère est quant à elle antioxydante, et favorise la production du liquide organique.

La prêle possède des vertus reminéralisante, désinfectante, et anti-inflammatoire. Par son action Ergycranberryl renforce les tissus de la vessie, et accompagne l’étanchement urinaire. Viennent en complément de nombreux oligoéléments comme le manganèse, le cuivre, le zinc qui stimulent les défenses immunitaires, et fournissent de l’énergie aux cellules, tout en réduisant l’impact des radicaux libres.

ErgyCranberryl – une cure simple et efficace

Bien que préconisé en cas de périménopause ou de ménopause, Ergycranberryl peut être employé tout au long de la vie d’une femme ; sauf quand celle-ci est enceinte ou allaitante. De même, les hommes peuvent aussi l’utiliser, même si ces derniers sont toutefois moins touchés.

La cure à privilégier :

Il est conseillé de prendre ce soluté durant 15 jours lors de l’apparition des symptômes. Mélangez 10 ml dans un demi-verre d’eau le matin et le soir. En cas d’infection récidivante, il vaut mieux prolonger la cure sur plusieurs mois, à raison de 10 ml dans la moitié d’un verre d’eau à l’aube ou dans la soirée.

By | 2017-05-18T15:51:19+00:00 27 décembre 2016|Categories: Ménopause|Tags: |0 commentaire

Laisser un commentaire

*