Accueil/Articles/Fertilité/La nutrition, un rôle clé à jouer face à l’infertilité

La nutrition, un rôle clé à jouer face à l’infertilité

De nos jours, nombreux sont les couples qui rencontrent des difficultés à concevoir un enfant. Loin d’être une fatalité pour la majorité d’entre eux, beaucoup s’avouent pourtant vaincus devant leurs problèmes d’infertilité. Découvrez comment la nutrition peut contribuer à y faire face.

Qui est concerné ?

L’infertilité correspond à la baisse ou l’absence de capacité à donner la vie. Ce trouble touche actuellement 15% de la population française chaque année, soit 1 couple sur 7. Heureusement, seulement 3 à 4% d’entre eux seront, à la suite de divers examens médicaux, considérés comme définitivement stériles. Les couples concernés ne doivent donc pas renoncer définitivement à l’espoir d’avoir un enfant !

Comment la nutrition peut-elle vous aider ?

Parmi  les différents remèdes proposés pour traiter les problèmes d’infertilité, la nutrithérapie est sans doute le plus naturel et le moins contraignant qui existe. Cette méthode puise son efficacité dans les nombreuses ressources apportées par les vitamines et minéraux contenus dans notre alimentation.  Sa devise est simple et bien connue : « Nous sommes ce que nous mangeons »…

Il existe différents moyens de favoriser la fécondation chez la femme : augmenter la quantité d’ADN contenue dans chaque ovocyte, favoriser l’ovulation, agir sur son taux d’hormones ou encore préparer son corps à accueillir une grossesse. Chez l’homme, il faut chercher à augmenter le nombre de spermatozoïdes et à améliorer leur mobilité.

Vitamines, minéraux : comment agissent-ils sur l’infertilité ?

La vitamine C : présente dans les brocolis, l’orange, les poivrons ou encore les fruits rouges, elle est habituellement utilisée avec le sélénium pour lutter contre l’infertilité masculine. Tous deux agissent contre l’agglutination des spermatozoïdes, tout en les protégeant des radicaux libres, petites molécules instables et toxiques produites par notre organisme. La vitamine C permettrait également d’augmenter le taux de progestérone, hormone féminine responsable du maintien et de la densification de la muqueuse utérine jusqu’à l’implantation de l’œuf dans l’utérus.

Le zinc : présent notamment dans la viande rouge, les fruits de mer et les céréales complètes, il permet d’augmenter la quantité et la mobilité des spermatozoïdes. Une carence en zinc serait également responsable d’une augmentation de la durée du cycle menstruel, rendant les ovulations moins fréquentes.

Les vitamines du groupe B : on les retrouve dans de nombreuses catégories d’aliments, telles que les fruits et légumes, les œufs, la levure de bière, le blé complet ou encore les épinards. Leur action est particulièrement reconnue dans le cas d’une infertilité féminine. Elles permettraient non seulement de favoriser l’ovulation (vitamine B6), mais également d’augmenter la quantité d’ADN par ovocyte (vitamines B9 et B12), augmentant ainsi les chances de réussite de la fécondation.

S’il est souvent difficile d’apporter tout ces nutriments de manière régulière à notre organisme,  les compléments alimentaires sont là pour vous y aider ! N’hésitez pas à en consommer, ils sont spécialement formulés pour contenir les vitamines et minéraux dont vous avez besoin. Alors que le produit Fertimax 2, contribue à améliorer la qualité du sperme, Ovocyplus améliore celle des ovocytes.

A noter aussi que le lubrifiant de fertilité Prefert peut également vous aider en facilitant la mobilité des spermatozoïdes.

Mise à jour :

By | 2018-05-28T13:59:34+00:00 24 novembre 2011|Categories: Fertilité|0 commentaire

Laisser un commentaire

*